Idées reçues sur la routine de soin dans l’acné

backLes idées reçues sur lentretien de sa peau sont tenaces. Voici quelques conseils pour mieux entretenir sa peau :

« Je napplique pas de crème hydratante le matin car je brille plus »On peut avoir une peau qui sécrète beaucoup de sébum, cela ne préjuge en rien de son état dhydratation. Lapplication quotidienne dun soin, crème ou un gel sébo-régulateur, diminuera cette impression de brillance et de maintiendra une hydratation correcte de la peau. Associée le soir, à un traitement médical sur la ligne médiane de visage, limpression de brillance va progressivement diminuer.

 « Jutilise un savon pour que ma peau soit bien « propre »Les savons sont souvent asséchants et limpression de tiraillements conduit à utiliser des crèmes inadaptées pour corriger cet inconfort. Utiliser un produit de nettoyage plus doux, gel ou crème moussante spécifiquement formulé pour les peaux à tendance acnéique ou une eau micellaire enrichie en zinc et cuivre, rincée avec une eau thermale même pour les produits dits sans « rinçage. Le nettoyage sera effectué deux fois par jour.

« Jai peur daggraver mon acné avec le maquillage »Cest faux ; des gammes de fonds de teints et sticks correcteurs spécifiquement formulés pour les peaux à tendance acnéique masquent les imperfections avec un minimum de produit pour éviter limpression d’épaisseur sur la peau. Mieux, ils évitent les manipulations intempestives ; utilisez les !

 « Je fais des gommages très régulièrement en plus de mon traitement contre lacné»On se calme sous peine de créer des irritations ! Car les traitements locaux prescrits ont aussi une action exfoliante pour éliminer les micro-kystes. On arrête les gommages et brosses nettoyantes pendant un traitement anti-acnéique

 Enfin, sil fallait encore une preuve de lintérêt des cosmétiques, une étude publiée en 2013 a montré que les personnes qui utilisent des cosmétiques ont moins dacné que ceux qui nen utilisent pas !

Singh et al. Acne cosmetica revisited : a case-control study shows a dose-dependant inverse association between overall cosmetic use and post adolescent acne. Dermatology 2013 ; 226(4) :337-41.

Related Post

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Related Post