La composition des cosmétiques change, les allergies aussi !

Longtemps les parfums ont constitué la première cause d’allergie cosmétique. Désormais,  ce sont les isothiazones, conservateurs très utilisés dans les cosmétiques qui sont responsables de la majorité des cas d’irritations et d’eczéma de contact, suivi des parfums et des tensio-actifs comme le cocamidopropylbétaïne.Comment faire quand on soupçonne une allergie aux cosmétiques ?C’est parfois simple quand on a introduit récemment (moins d’un mois) un nouveau cosmétique dans sa routine de soin. Mais la plupart du temps, c’est une vraie enquête policière !

Ce qu’il ne faut pas faire : changer tous ses cosmétiques car cela ne résout pas forcément l’allergie (un des nouveaux produits peut contenir la même molécule responsable !)

– Il faut tout d’abord, consulter son dermatologue et/ou allergologue afin de traiter les signes de l’allergie.

– Ensuite il faut trouver le responsable pour éviter les récidives.Si un nouveau cosmétique a été introduit, on peut l’appliquer tous les jours, matin et soir, au pli du coude durant 15 jours et voir si on déclenche l’allergie. Impossible à faire s’il s’agit d’un produit moussant ! En cas de test positif, le médecin peut contacter le service de vigilance de la marque afin d’obtenir un  » kit » des ingrédients à tester afin de déterminer la molécule en cause. Il est ainsi  possible d’identifier l’ingrédient responsable quand on achète un nouveau produit.

Mais, dans la majorité des cas, le patient n’a aucune piste et la batterie standard de tests cutanés est souvent décevante sans idée préalable du ou des agents en cause.

Related Post

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Related Post